VOYAGE : découvrez les wax, tissus africains

TRAVEL: discover African waxprints

tricotin_tissus-africains

Statue africaine en bois et tissu.

African statue in wood and fabric.

tricotin_tissus-africains_12

Rien n’est plus beau qu’une pile de tissus wax africains.

Nothing is more beautiful than a pile of African wax fabrics.

tricotin_tissus-africains_1

Véritable wax de luxe, spécialité textile africaine.

Real deluxe wax fabric, an African textile speciality.

tricotin_tissus-africains_2

Une foison de couleurs et de motifs.

Colours and patterns galore.

tricotin_tissus-africains_3

Ce qui rend les tenues africaines magiques c’est le mélange savant de motifs et de couleurs.

What makes African attire so magic is the clever mix of patterns or colours.

tricotin_tissus-africains_4

L’originalité des motifs est fascinante.

The patterns’ originality is fascinating.

tricotin_tissus-africains_5

Les tissus wax sont vendus dans le monde entier dans une grande variété de styles.

Wax fabrics are sold all around the world in a great variety of styles.

tricotin_tissus-africains_6

Les motifs floraux ont la part belle, mais on peut trouver tous types de dessins dont certains qui sont plein d’humour (malheureusement, je n’en ai pas encore dans ma collection !)

The floral motives are the most used but you can also find all sorts of designs including very funny ones (unfortunately I do not have any in my collection!)

tricotin_tissus-africains_7

On voit ici la brillance du tissu wax.

You can see here how wax fabrics shine.

tricotin_tissus-africains_8

Zoom sur un coupon de tissu wax bien brillant et lisse.

Close-up on a shiny and smooth was fabric coupon.

tricotin_tissus-africains_9

Lorsqu’il est plié le tissu wax ressemble à du papier, il est assez rigide.

When folded, wax fabric is pretty stiff a bit like paper.

tricotin_tissus-africains_10

Le décalage d’impression volontaire donne des effets d’optique spectaculaires.

The voluntary shift when printing the fabric can have a spectacular effect.

tricotin_tissus-africains_11

Ce que j’aime par dessus tout dans ces tissus, c’est le mélange inattendu de motifs. D’où mon amour inconditionnel pour les oeuvres de la créatrice STELLA JEAN

What I love with those fabrics is the unexpected mix of patterns. Hence my love for STELLA JEAN‘s work.

 

In English below.

 

-  –  -

Depuis toujours j’ai une passion pour les tissus aux couleurs vives à motifs répétitifs et larges. Les tissus africains me font voyager… J’ai donc décidé de commencer une collection de coupons de tissu wax (“cire” en anglais) et d’en savoir plus sur leur origine.
Ces dernières années le travail de STELLA JEAN me fait rêver. Cette créatrice italo-haïtienne dont le mélange wax & rayures est devenu la marque de fabrique sait faire dialoguer ses origines caribéennes avec sa culture italienne au travers du choix de ses tissus et des formes de ses vêtements.

Mais d’où vient le wax ? On a l’impression qu’il a toujours été africain, mais en fait il est le fruit de la colonisation. Ce n’est qu’au XIXe siècle que des soldats Ghanéens enrôlés par les colonisateurs hollandais et britanniques en Indonésie ont été fascinés par ces tissus traditionnels. Ils en ont emporté dans leurs baluchons et ça a été le succès immédiat qui ne se démentira pas jusqu’à aujourd’hui.

Pendant très longtemps, ce sont les néerlandais et les britanniques qui ont exclusivement produit et vendu à l’immense marché africain ces tissus teints avec le procédé traditionnel industrialisé. C’est une technique classique de pochoir. On utilise la cire pour bloquer l’entrée de la teinture dans la fibre de coton. La cire est appliquée sur le tissu, à l’aide de rouleaux de cuivre gravés, partout où une couleur ne doit pas aller. On fait ensuite fondre cette cire et on la ré-applique pour cacher d’autres parties du dessin. C’est un peu comme la technique de l’écran utilisée chez Hermès que je décris dans cet article.

Le résultat est très vif et surtout réversible. Les deux côtés du tissu sont pratiquement aussi intensément teints. La teinture est grand teint, elle tient particulièrement bien au lavage et au soleil. Le produit plait énormément. Il est devenu partie intégrante de la culture africaine. Il porte des messages, le nom d’un artiste connu, d’une ville, d’un personnage de film, de séries télé ou raconte la vie quotidienne, les relations conjugales, la modernisation de la société. Il est aussi une sorte de marqueur social et les femmes capitalisent sur leur collection de tissus qui se transmettent de mère en fille. C’est surtout en Afrique de l’Ouest et au Ghana que ces tissus étaient importés et vendus. On venait de loin pour les acheter !

Dans les années 60, le président du Ghana, Kwame N’Krumah, décide d’un quasi embargo sur les tissus non produits dans son pays en instaurant des taxes d’importation exorbitantes sur le wax. Une grosse production locale s’est alors mise en place.

Malgré cela, le marché de nos jours considérable, en Afrique et ailleurs, est la proie de féroces concurrents que sont la Chine, l’Angleterre, les Pays-Bas et l’Afrique (principalement le Ghana, le Niger et la Côte-d’Ivoire.). Les prix et les qualités diffèrent beaucoup. Si un jour vous êtes tenté comme moi d’acheter du wax au mètre ou à la pièce (environ 11 mètres) ou demi-pièce, vous noterez que sur la lisière est imprimée la provenance (le producteur et son numéro d’enregistrement) et le nom du dessinateur. Cela permet aux acheteurs de connaître la qualité de ce qu’ils achètent.

C’est pour moi le début d’une aventure et que je ne manquerai pas de vous montrer mes futures acquisitions et créations avec ces tissus magnifiques !

 

Photographie & article : Flore Vallery-Radot

 

-  –  -

IN ENGLISH

-  –  -

I always had a passion for bold looking textiles with large motives and lots of colours. African waxprints make me dream and travel! So I have decided to start a new collection of waxprints and to learn more about their origins.

In the past few years I had an unlimited fascination for the work of designer STELLA JEAN. Stella is both Italian and Haitian and her “wax & stripes” style has become her signature. She has managed to allow a dialogue between her Italian and Caribbean origins with her choices of fabrics and garment designs.

But where do waxprints come from? It seems that they have always been part of African culture but they are really the fruit of colonisation. It is only during the 19th century that Ghanaian soldiers enrolled by Dutch and British colonial armies have spotted the wonderfully bright Indonesian traditional batik fabrics. They took a few meters in their luggage back to Africa. It became a huge success which never faded.

For a long time, only British and Dutch factories were producing and selling waxprints for the gigantic African market using an industrialised version of the traditional batik. It is a simple block technique using wax. Using large engraved copper rolls, the wax is applied where the dye shouldn’t go. It stops the dye to be soaked by the cotton fibres. Each colour is applied separately and the wax melted after each dye-bath. It is a bit like the Hermès screen printing technique I described in this article.

The result is very bright and reversible. Both sides are nearly as intensely dyed. The dye is fast and can handle many washes and the harsh African sun very well. The product has become one with the African culture. It carries messages: a famous artist, a city, a film character, TV series or talks about everyday life, relationship between men and women, modernisation of society, etc.  It is also a sort of social marker. Qualities of waxprints differ and women capitalise on their collection of fabric which is then transmitted to their daughters. 

It was mostly in West Africa and especially in Ghana that these fabrics were imported and sold. People used to travel very far to get them!
In the 60s, Kwame N’Krumah, the Ghanaian president decided to start an embargo on imported waxprints setting up very high custom duties. A large local production started. 

Despite this policy, the immense market, in Africa and the rest of the world, is the scene of a ferocious battle between manufacturing countries such as China, Great Britain, The Netherlands and Africa (mainly Ghana, Niger and Côte-d’Ivoire). Prices differ very much. If one day you are tempted like me to buy waxprint by the meter, or by 12 yards as “full piece” or 6 yards as “half piece” you will notice on the selvedge the printed name of the producer, its registration number and sometimes the signature of the designer. It allows buyers to know the quality of the product they are buying.

It is the beginning of an adventure for me and will definitely keep you posted on my new acquisitions and creations with these beautiful fabrics!

 

Photography & article: Flore Vallery-Radot

VISITE au sein de l’atelier MAJACRAFT

Majacraft est un fabricant néo-zélandais de matériel pour l’artisanat textile : rouets, métiers à tisser, cardeuses, métiers à kumihimo

Majacraft is a maker of tools for textile handicrafts based in New Zealand: spinning wheels, weaving looms, drum carders, kumihimo stands

tricotine_majacraft_garden_1

C’est dans un environnement enchanteur que l’atelier Majacraft est niché, à deux pas de la maison de ses propriétaires, Glynis et Owen Poad. Le paysage, très vallonné, est peuplé de moutons et de vaches qui paissent paisiblement. Des prairies, des bosquets d’arbres d’essences locales et européennes, des fougères géantes aux allures de palmiers se partagent l’espace avec d’immenses vergers de kiwis.

The Majacraft workshop is nestled  in an enchanting environment a stone’s throw away from its owners, Glynis and Owen Poad. The landscape is hilly and populated by quietly grazing cows and sheep. Meadows, groves of native and European trees, giant ferns looking like palm trees share the space with large kiwi orchards.

tricotine_majacraft_garden_2

Les visiteurs sont accueillis par ce panneau. La visite commence.

Visitors are welcomed with this sign. The visit starts.

tricotine_majacraft_atelier_porte

Entrons dans l’atelier. Il n’est pas très grand et plein d’outils incroyables, de pièces détachées et de machines. Il est néanmoins très propre, bien rangé et organisé.

Let’s enter the workshop. It is not large and packed with amazing tools, parts and machines but nevertheless very tidy and organised.

tricotine_majacraft_atelier

Chaque pièce et objet a sa place. Tout est propre et bien tenu.

Each part and object has its spot. Everything is clean and tidy.

tricotine_majacraft_atelier_chevilles

Les chevilles.

Dowels.

tricotine_majacraft_atelier_1

Le poste qui fabrique le dernier rouet lancé par Majacraft, le fameux Aura que certains appellent le rouet ultime !

This is the work station where the Aura spinning wheel is made. This is the famous spinning wheel recently launched by Majacraft which some call the ultimate wheel!

tricotine_majacraft_rouets_1

 Une rangée de rouets Aura de Majacraft fraîchement montés.

 A row of Aura by Majacraft freshly assembled.

tricotine_majacraft_garden_4

Juste à côté de l’atelier la végétation luxuriante se montre par les fenêtres et repose de temps en temps l’oeil des membres de l’équipe très concentrés sur leur travail.

Just next to the workshop, the lush vegetation shows itself through the windows and regularly rests the eyes of the team members, very focused on their tasks.

tricotine_majacraft_aura

Chez Majacraft, les rouets sont fabriqués en bois massif natif de Nouvelle-Zélande, le rimu. La partie roue, elle, est toujours en bois compacté pour garantir une inertie parfaite. En effet, avec les différences de température et de taux d’humidité, le bois massif vit, bouge, se fend, se voile et puis aussi son poids au cm2 varie d’une planche à l’autre. Pour avoir une roue parfaite, Majacraft a décidé de maîtriser complètement la densité de son bois et sa durabilité. Vous verrez donc sur tous les rouets Majacraft, comme ci-dessus, sur l’Aura, une roue en bois compacté.

At Majacraft’s, spinning wheels are made of solid rimu wood; a wood essence native to New Zealand. The wheel though, is always made of compacted wood to guarantee its perfect inertia. Solid wood still lives. It cracks, gets twisted, changes with temperature and humidity variations. Its weight or density per cm2 can varies a lot from a plank to another. To obtain a perfect wheel, Majacraft has chosen to decide the wood’s density and durability. So you will see that all of Majacraft’s wheels are made of compressed wood like this own above, belonging to the Aura.

tricotine_majacraft_garden

Majacraft c’est pas Google, mais on s’y sent drôlement bien. Malgré la réussite incroyable de leur entreprise, les Poad ont voulu garder les locaux sur leur terrain, ce qui est un gain de temps fantastique. Mais l’espace était devenu un peu étroit… Une extension en bois a été construite avec un patio sur un ravissant jardin. On peut y organiser les réunions, installer et tester les prototypes des prochaines merveilles créées par la fine équipe et bien entendu jouer au baby-foot à la pause déjeuner  qui se déroule dans une petite cuisine commune juste à côté, et où les employés s’installent autour d’une grande table conviviale.

Majacraft is no Google but it feels very good being there. Despite the incredible success of their business, the Poads wanted to keep the workshop on their property because it is much more efficient. But space became a bit sparse… so they have built an extension. A lovely wooden building with a patio opening to a beautiful garden. There, meetings take place, prototypes get invented and tested by the clever team.

tricotine_majacraft_workshop_epingliers_1

 Chaque pièce est créée avec soin, chaque détail compte, chaque idée vient d’un projet longuement mûri par des tests réalisés avec le concours de la communauté des artistes du fil. Par exemple cet orifice d’épinglier dentelle a été conçu pour limiter la vibration d’un fil arachnéen et donc l’empêcher de se casser régulièrement.

 Each part is created with great care. Each and every detail counts, each idea comes from a project which has been carefully managed with the help of numerous tests run by textile artists. For example, this lace flyer has been conceived to limit vibrations and therefore avoid your yarn, as fine as spider’s silk, to break.

tricotine_majacraft_house

De l’atelier Majacraft on voit la petite maison de Glynis et Owen. Justement, le coffre de la voiture est grand ouvert. C’est le départ à la Poste des gros colis en partance pour le monde entier.

From the Majacraft workshop we can see Glynis and Owen’s little house. Look! The trunk is wide open. They are leaving to go to the Post office with large parcels which will be shipped all around the world.

tricotine_majacraft_little-gem

Voici la roue du fameux rouet Little Gem 2. Toute petite pour être portable, son action est démultipliée par un système très ingénieux de roue secondaire reliée à la plus grande avec une courroie en polyuréthane.

Here are the famous Little Gem’s wheels. This special wheel is small to be portable, and its action is multiplied by a clever system involving a secondary mini wheel linked to the bigger one by a polyurethane band.

tricotine_majacraft_little-gem_2

Le bouton de réglage du frein du rouet Little Gem 2.

Little Gem 2 tension knob.

tricotine_majacraft_workshop

Une collection d’anneaux coulissants que Majacraft a popularisés et qui désormais remplacent les crochets sur la grande majorité des rouets du monde.

A collection of clever sliding hooks made popular by Majacraft and which have now replaced hooks on most spinning wheels in the world.

tricotine_majacraft_workshop_1

Troncs du rouet Aura de Majacraft prêts à installer.

Majacraft Aura spinning wheel main axis ready to be assembled.

tricotine_majacraft_garden_3

Le jardin qui borde la salle de réunion de Majacraft.

Garden near Majacraft’s meeting room.

tricotine_majacraft_workshop_2

Les membres de l’équipe fabrication chez Majacraft ont parfois des tenus particulièrement sexy…

Sometimes, the Majacraft team members wear some pretty sexy outfits…

tricotine_majacraft_workshop_epingliers

Voici les épingliers Majacraft. On y voit le triangle, l’épinglier standard fourni avec les rouets Majacraft sauf l’Aura qui a son propre épinglier très novateur qui s’adapte aussi sur tous les autres rouets de la marque. Ce dernier est en bois, métal et fibres de carbone. Ultra léger et parfaitement équilibré (chaque épinglier est testé individuellement avec une balance créée par Andrew le fils de Glynis et Owen) il est très créatif avec son orifice en tire-bouchon car il permet à la fois des fils très gros avec la partie ronde et un fil fin avec la partie coudée.

You can see here (above) the Majacraft flyers. There is the triangle one, also called the standard flyer given with every Majacraft wheel except the Aura which has its own groundbreaking design which can be also used on any other Majacraft wheel. It is made of wood, metal and carbon fibre. Ultra light, it is very well balanced, individually tested with a special scale invented by Andrew, Glynis and Owen’s son. Its pigtail orifice is very clever; it allows you to spin chunky yarns with the round part and fine yarns with the triangle part.

tricotine_majacraft_workshop_glynis

 Glynis Poad ici ou tout autre membre de l’équipe teste absolument tous les produits qui sortent de l’atelier. Chaque rouet est équipé d’un fil guide et une personne fil quelques mètres pour voir si tout va bien. Vous voyez là une rangée de rouets Aura.

Glynis Poad, here, or any other team member, tests absolutely each and every product that leaves the workshop. Each spinning wheel for example gets a leader tied on and a few meters of yarn are spun to see if everything is as perfect as it should. You can see a row of Aura spinning wheels being tested.

tricotine_majacraft_workshop_pedales_2

L’atelier est plein de pièces détachées du sol au plafond. On voit ici des pédales accrochées au mur et la base du pédalier au plafond.

The workshop is full of spare parts, from floor to ceiling. You can see the pedals hanging on the wall and the treadling base hanging from the ceiling.

tricotine_majacraft_workshop_peigne

Rangées de râteaux à fibres à deux rangs de dents.

Two rows hackles.

tricotine_majacraft_workshop_tools_1

Impressionnant tableau de mèches pour perceuse.

Impressive board pierced with drill bits.

tricotine_majacraft_workshop_roues_5

Roue de rouets avant l’incision des rainures de changement de ratio.

Wheels before the incision of the ratio grooves.

tricotine_majacraft_workshop_roues_4

Incision des rainures de ratio.

Incision of the ratio grooves.

tricotine_majacraft_workshop_roues_6

Un membre de l’équipe Majacraft creusant une roue de rouet.

A Majacraft team member digging into the wood of a wheel.

tricotine_majacraft_workshop_roues_7

Zoom sur l’action.

Close-up on the action.

tricotine_majacraft_workshop_roues_2

Les roues terminées.

The finished wheels.

tricotine_majacraft_workshop_hands

Installation du moyeu.

Fixing the wheel hub.

tricotine_majacraft_workshop_perceuse

Vissage pile au milieu avec une perceuse.

Screwing right in the middle with a drill.

tricotine_majacraft_workshop_3

Un heureux membre de l’équipe Majacraft construisant un rouet Aura.

A happy member of the Majacraft team building an Aura spinning wheel.

tricotine_majacraft_workshop_tools

Un petit coin d’atelier.

In a corner of the workshop.

tricotine_majacraft_workshop_wood

 A la fin d’une grosse journée, voici un seau bien rempli.

This is the end of a big day. The buckets are full of wood chips.

tricotine_majacraft_workshop_pedales

A la fin de la journée de travail, l’équipe rentre à la maison.

At the end of the work day, the team goes home.

tricotine_majacraft_tauranga_1

C’est une heure parfaite pour une balade à Tauranga, au bord de la mer, avant le grand départ.

It is a perfect time to go for a walk inTauranga, by the sea, before the long journey back.

tricotine_majacraft_tauranga

J’ai pris ce merveilleux petit avion de Tauranga à Auckland accompagnée à l’aéroport par mon hôte charmante, Glynis Poad.

I took this wonderful little plane from Tauranga to Auckland accompanied to the airport by my wonderful host, Glynis Poad.

In English below

-   –   -

J’ai eu la chance immense de venir visiter l’atelier Majacraft dans la petite ville de Tauranga en Nouvelle-Zélande, accueillie avec chaleur et gentillesse par Glynis et Owen Poad, les propriétaires de cette florissante entreprise, acteur clé du monde de l’artisanat textile.

Cette levée de rideau m’a permis de me rendre compte du côté artisanal, dans le sens noble du terme, de ces produits magnifiquement fabriqués. Il faut parfois attendre son tour pour qu’un rouet soit expédié, mais quand on connaît l’envers du décor, on comprend que si l’attente de quelques jours nous fait trépigner, le produit reçu sera une merveille qui nous permettra de créer de si belles choses !

C’est la passion de l’ingénierie et du travail bien fait qui anime les cerveaux de Majacraft et notamment Owen, qui va bientôt prendre sa retraite et son fil Andrew. Leur devise semble être : “à quoi bon créer un outil qui existe déjà, trouvons chaque détail ou idée qui peut révolutionner son design” et ça marche ! Lorsque Majacraft lance un rouet, un métier à tisser et récemment une cardeuse, c’est toujours une révolution. Une armée de fans attend avec impatience le lancement de chaque nouveau produit. C’est un peu le Apple de l’artisanat textile :)

Je vous invite donc à faire la visite de cet atelier mythique avec moi, à mettre le nez dans les boîtes d’anneaux coulissants, assister au test des rouets, à la fabrication d’une roue à rainures, regarder par la fenêtre et s’imprégner de l’ambiance des lieux.

Encore un grand merci à Glynis et Owen pour leur accueil si sympatique.

-   –   -

I had the immense luck to be able to visit Majacraft’s workshop in the little town of Tauranga in New Zealand. I was warmly welcomed by Glynis and Owen Poad, the owners of this flourishing business, key actor of the world of textile handicrafts. 

This curtain raising allowed me to better understand the artisanal side of things, in the noble sense for the term. I got a better grasp of the process of building these wonderful pieces of craftsmanship. It is sometimes necessary to wait your turn before a wheel is shipped but when you have taken a look behind the scene, you realise that even if the wait makes us hop up and down with impatience, the product you receive is a treasure which will allow you to create such marvellous things!

Passion for engineering and work well done are what feeds the brains behind Majacraft including Owen, who is slowly retiring and his son Andrew. Their motto seems to be: “why create a tool that already exists, let’s find new ideas and details which will make it revolutionary” and it works! When Majacraft launches a spinning wheel, a weaving loom or a carder, it is always a revolution. An army of fans is impatiently waiting for every new product. It is a bit like the Apple of textile handicrafts :)

So please come along with me to visit this mythical workshop, take a peek at the dowels’ box, or sliding hooks shelf, take part of the spinning wheels’ testing, discover how the grooved wheels are made, look at the landscape outside the window, come and feel the atmosphere  of this wonderful place.

Again a big big thank you to Glynis and Owen for being such lovely hosts.

Enter your email to receive notifications of new posts / Entrez votre email pour recevoir une notification à chaque nouvel article.