August 2014 - Flore Vallery-Radot

La dernière aiguille MADE IN FRANCE – the last “made in France” needle

tricotin_benjamin_bohin

 Monsieur Benjamin Bohin (à gauche assis sur le banc), créateur de la société Bohin, était un personnage haut en couleur.

Mister Benjamin Bohin (on the left, sitting on the bench), creator of Bohin, was a truely colourful charactere.

tricotin_benjamin_bohin_voyages

 Grand voyageur depuis les fugues de sa jeunesse, Benjamin Bohin a créé le “patoiglob“, 1000 mots pour communiquer avec les étrangers !

Very well travelled, since a runnaway teenager, Benjamin Bohin created the “Pataiglob” a 1000 words language to communicate with strangers!

tricotin_la-manufacture-bohin

Située à Saint Sulpice sur Risle, près de L’Aigle dans l’Orne, l’entreprise BOHIN France perpétue la tradition épinglière et
aiguillière de sa région.

Situated at Saint Sulpice sur Risle, near the city of L’Aigle in the French “departement” of Orne, BOHIN France perpetuates the tradition of needles and pins manufacturing in its region.

tricotin_ateliers_usine-bohin

 Depuis mars 2014, poussée par les nombreuses demandes de visites du public, Bohin a ouvert les portes de sa manufacture au public.

Since March 2014, encouraged by the numerous requests of the public, Bohin has opened the doors of its manufacture.

tricotin_machine_bohin

 Quelle bonne idée que cette manufacture ouverte. Le public peut ainsi regarder les gestes des fabricants d’aiguilles et d’épingles à leurs machines ancestrales et lire sur des panneaux les détails de leur fonctionnement.

 What a good idea this open manufacture. The public can wander around and watch the gestures of the pins and needles makers at their antique machines and read the description of their fonctions on the information boards.

 tricotin_epingles-tete-de-verre_bohin

Voici la machine qui crée les têtes d’épingles en verre.

Here is the machine creating the glass pin heads.

tricotin_boite-epingles-tete-de-verre_bohin

 La boîte d’épingles Bohin typique que nous connaissons tous.

The typical Bohin box we all know.

 tricotin_meulage_aiguilles_bohin

Le meulage des aiguilles.

The grinding.

tricotin_tallage_aiguilles_bohin

 Tallage à l’ancienne.

 tricotin_lames_rasoir_bohin

Bohin a d’autres activités présentées magnifiquement dans le musée de sa manufacture. A visiter absolument ! Ici les lames de rasoir.

Bohin has many more products to be proud of, you will discover them in the wonderful Manufacture Museum. A must visit!

 tricotin_vallee-de-la-risle_bohin

 La vallée de la Risle intimement liée aux activités et à l’histoire de la manufacture Bohin, présentée dans le musée comme si on la survolait d’avion.

The Risle Valley intimately linked to the history of Bohin and its activity is presented in the museum to make you feel as if you were flying over it.

–  –  –  –

C’est à Saint Sulpice sur Risle, près de L’Aigle dans l’Orne en Normandie, que subsiste le seul et unique fabricant français d’aiguilles et d’épingles, BOHIN France. Cette société toujours florissante a ouvert ses ateliers de production au public depuis  mars 2014. Cette visite industrielle est complétée par un grand musée contemporain, une boutique et un programme d’activités créatives très sympas telles que la couture, le tricot, le patchwork, la feutrine, le crochet, la broderie, etc.

Tricotin.com a toujours beaucoup apprécié la marque Bohin, sa qualité impeccable et ses finitions sans défaut. Depuis la création de la boutique, nous vendons des aiguilles dont notre best seller pour enfants et des épingles Bohin, et par l’intermédiaire de notre Gazette, nous avons lancé avec grand succès la collection de ciseaux Nogent multicolores de la marque.

Mais ce n’est que très récemment que nous avons découvert, grâce à Audrey Régnier, la directrice de la société Bohin, que son créateur était un homme passionnant, un grand voyageur, touche à tout, très habile de ses mains et tout à fait en phase avec la philosophie de Tricotin.com.

Né en 1822, fils de bimbelotier, dès son plus jeune âge, il donne un coup de main à son père et veut reprendre les rênes. L’année de ses 17 ans il fabrique pas moins de 150.000 boîtes grâce à l’invention de la technique du « bois déroulé » pour laquelle il obtient une médaille d’Or à l’Exposition des Produits de l’Industrie Française. Benjamin est un véritable touche à tout passionné, il  s’intéresse de près au travail du métal, du fer blanc, au tréfilage du fer et du laiton avec toujours l’obsession de l’optimisation de la production.

Il a acquis le goût du voyage depuis l’adolescence pendant laquelle il fait plusieurs fugues aux Etats-Unis, qui lui ont appris beaucoup sur la manufacture moderne et l’organisation du travail. Il explore toutes les techniques pour améliorer la productivité. Il tente d’utiliser le vent, en achetant un moulin, puis la vapeur, et c’est enfin l’eau qui va le séduire.
Il achète en 1866 un ancien moulin de Saint-Sulpice-sur-Risle où il va développer son activité de quincaillerie, épinglerie et tréfilerie. Il participe activement à la vie de sa commune par de nombreuses activités. Il milite pour le passage du chemin de fer, défend l’école mixte et laïque.

Il transmettra son oeuvre à son fils Paul qui la perpétuera en achetant des usines le long de la rivière Risle pour diversifier l’activité.

Vers 1886, il crée la Compagnie moderne universelle, club destiné à « étudier, chanter, moraliser » et rédige le « Sage guide universel », recueil de préceptes philosophiques.

A plus de 70 ans (1893-1894) il fait le tour du monde ! Voyant les difficultés qu’il a à communiquer avec les étrangers, il rêve de construire un système d’expression écrite et orale universel et créé le « Patoiglob » un carnet d’environ 1000 mots et expressions.

Le 30 janvier 1911, Benjamin BOHIN meurt après une chute dans ses escaliers. Un industriel de la région fait son éloge funèbre en le résumant si bien ainsi : “artiste intelligent, actif intrépide, habile de ses mains, créateur et capable de faire école, capable d’être maître et devenir le meilleur”.

C’est pour rendre hommage à cet homme atypique et créatif, et continuer son oeuvre que ce musée superbe et la manufacture ouverte ont été lancés en 2014. Nous vous encourageons vivement à les visiter !

 

Crédit photo : Bohin France

Notre projet avec Oxfam à Jérusalem

NSA 005

Camp bédouin du secteur E1 dans la région de Ma’ale Adummim

Bedouin camp in the E1 and Ma’ale Adummim area.

  2013-07-29 10.33.32

Réception et essais sur les cardeuses Strauch de la boutique Tricotin.com

The Strauch carders from our store Tricotin.com have been received and are being tested.

  farewell (7)

Le cardage rendu facile, en quelques tours de manivelles !

Carding is now much easier in a few turns of the crank.

2013-01-30 12.18.53

L’un des 29 camps bédouins. Il se trouve en bordure des colonies israélienne de Jérusalem-Est.

On of the 29 bedouin camps. This one is just near the Israeli colonies in East-Jerusalem.

  2013-04-16 12.27.25

Presque plus de troupeaux pour ces bergers. Besoin d’une alternative économique.

No major herds left for these shephards. They need an economic alternative.

  2013-07-29 10.06.15

Création de tissage avec les fils filés à la main à partir de nappes cardées sur les cardeuses 200 de Strauch de chez Tricotin.com. Ces tissages servant de tapis, de couvre lit sont principalement créés pour les mariages lors desquels ils sont offerts.

Weaving created with handspun yarns spun with batts carded using the Strauch 200 drumcarders from Tricotin.com. These weaving will be used as carpets or bed covers and are offered for weddings.

  Palestine, Kasarat bedouin camp

 Tissage au fuseau de la laine de mouton.

Spindle spinning of wool.

  OXFAM_AhedIzhiman69

La laine filée au fuseau dans différentes couleurs naturelles du mouton.

Handspun wool of different natural colours.

2013-01-24 14.43.01

Le camp bédouin et ses tentes.

The Bedouin camp and its tents.

Handicrafts con Massimo 085

Nettoyage de la cardeuse 200 de Strauch.

Cleaning of the Strauch Carder 200.

2013-07-29 10.07.36

 Un exemple du type de tapis tissé par les femmes bédouines.

An example of the type of carpets which are woven by the Bedouin women.

Tabana-118B

Discussions autour d’une cardeuse.

Discussion around a carder.

Oxfam est un groupement d’ONG qui agissent « contre les injustices et la pauvreté ». La branche italienne de l’organisation nous a contacté pour participer à un projet dans la région de Jérusalem.

A l’est de la ville, en bordure de colonies israéliennes, des bédouins vivent dans  des installations sédentaires très modestes après avoir été déplacés de leur régions d’origine, où ils vivent leur vie de nomade : le désert du Néguev. En raison des restrictions d’accès aux pâturages et à l’eau, ce peuple de berger a dû vendre une grande partie de leur moyen de subsistance : leur troupeau.

Oxfam Italia, en partenariat avec l’Union Européenne a monté ce projet qui a pour but de redonner à la communauté bédouine de Jérusalem-est une indépendance économique. Et c’est surtout par les femmes que cela passe. L’idée d’utiliser les techniques ancestrales comme le filage de la laine et le tissage de tapis pour créer un petit commerce permettant de compenser la perte des troupeaux. Avec les  moutons qui leur restent, elles utilisent la laine et le lait pour faire des fromages. Elles créent également des bijoux traditionnels. Le programme leur propose aussi des formations non traditionnelles comme la coiffure. Les hommes peuvent suivre à Jéricho, non loin de là, des cours de mécanique, charpenterie, électricité ou maintenance.

Bien entendu, Tricotin.com est intervenu côté textile :) Nous avons fourni des cardeuse de chez Strauch car ce sont celles qui sont les plus résistantes, durables et demandant le moins d’entretien ou de remplacement de pièces. Les plus avantageuses étaient les 200. Moins chères que les Finest et toutes aussi solides. Leur ratio est un peu plus lent et elles demandent d’être positionnées le long d’une table car le châssis n’est pas surélevé, mais ces deux points n’étaient pas un problème pour nos fileuses !

Grâce à ces très efficaces machines, les femmes du camp ont pu diminuer drastiquement le temps de cardage et améliorer la matière première à filer. C’est au fuseau classique que la laine est filée et ensuite, grâce à des métiers à tisser traditionnels, elle est transformée en tapis traditionnels très simples et très beaux.

Vous verrez ci-dessus les photos de cette aventure. Nous espérons que notre minuscule aide, pourra donner la possibilité à ces femmes de gagner un peu plus d’indépendance financière.

Crédit photo : OXFAM ITALIA Marco Ricci.
Lire plus sur le sujet.

Subscribe/S'abonner via Email

Enter your email to receive notifications of new posts / Entrez votre email pour recevoir une notification à chaque nouvel article.