Crochet Archives - Flore Vallery-Radot

{interview} JUNGJUNG ou l’art du crochet botanique.

tricotin_jungjung-cabbage_2

Un chou splendide au crochet et fil de coton fin par JungJung.

Splendid cabbage crocheted with a fine cotton thread by JungJung.

Photo : Ten_do_Ten

tricotin_jungjung-carotte

Broche faites de diverses légumineuses crochetées par JungJung.

Brooches made of different crocheted root vegetables by JungJung.

Photo : Ten_do_Ten

tricotin_jungjung-carotte-1

Zoom sur les beaux feuillages et les couleurs si subtiles crochetés par JungJung.

Close-up on the beautiful foliage and such subtle colours crocheted by JungJung.

Photo : Ten_do_Ten

tricotin_jungjung-fleur-1

Jolies fleurs et boutons de camomille crochetés par JungJung.

Pretty camomile flowers and buds crocheted by JungJung.

Photo : Ten_do_Ten

tricotin_jungjung-fleur-2

Marguerites légères crochetées par JungJung.

Light daisies crocheted by JungJung.

Photo : Ten_do_Ten

tricotin_jungjung-fleur-3

Pissenlits crochetés par JungJung.

Dandelions crocheted by JungJung.

Photo : Ten_do_Ten

tricotin_jungjung-fleur-4

Fleurs sublimes crochetées par JungJung.

Sublime flowers crocheted par JungJung.

Photo : Ten_do_Ten

tricotin_jungjung-fleur-5

Les mêmes crochetées par JungJung et vues de haut.

The same ones crocheted by JungJung and seen from above.

Photo : Ten_do_Ten

tricotin_jungjung-fleur-6

Ravissantes fleurs jaunes crochetées par JungJung.

Beautiful crocheted yellow flowers by JungJung.

Photo : Ten_do_Ten

tricotin_jungjung-fleur-7

Jolie composition de trèfles crochetés par JungJung.

Pretty vignette with clovers crocheted by JungJung.

Photo : Ten_do_Ten

tricotin_jungjung-hortensia

Hortensias crochetés par JungJung.

Hydrangea crocheted by JungJung.

Photo : Ten_do_Ten

tricotin_jungjung-leeks

Jeunes poireaux ou oignons de printemps crochetés par JungJung.

Young leeks or spring onions crocheted by JungJung.

Photo : Ten_do_Ten

tricotin_jungjung-cabbage

Chou-fleur et brocoli crochetés par JungJung.

Cauliflower and broccoli crocheted by JungJung.

Photo : Ten_do_Ten

tricotin_jungjung-legumes_1

Racine de lotus en tranches crochetée par JungJung.

Lotus root finely chopped crocheted by JungJung.

Photo : Ten_do_Ten

tricotin_jungjung-legumes_2

Pois gourmands crochetés par JungJung.

Snow peas crocheted par JungJung.

Photo : Ten_do_Ten

tricotin_jungjung-radishes

Jeunes pousses à croquer crochetées par JungJung.

Young sprouts ready to bite crocheted by JungJung.

Photo : Ten_do_Ten

tricotin_jungjung-radishes_2

Radis crocheté par JungJung.

Radish crocheted by JungJung.

Photo : Ten_do_Ten

tricotin_jungjung-radishes_3

Navets et betteraves crochetés par JungJung.

Turnips and beetroots crocheted by JungJung.

Photo : Ten_do_Ten

tricotin_jungjung-shitaki

Enokitake, champignons japonais crochetés par JungJung.

Enokitake, Japanese mushrooms crocheted by JungJung.

Photo : Ten_do_Ten

tricotin_jungjung-trefles

 Trèfles crochetés par JungJung.

Clover crocheted by JungJung.

Photo : Ten_do_Ten

tricotin_jungjung-trefles-2

 Zoom sur les trèfles crochetés par JungJung.

Close-up on JungJung crocheted clovers.

Photo : Ten_do_Ten

tricotin_jungjung-outils

Le fil fétiche de JungJung et son matériel de la marque TULIP et DMC.

JungJung’s favourite yarns and notions, DMC and Tulip.

Photo : Ten_do_Ten

IN ENGLISH BELOW

–   –   –

Si vous êtes un fan de crochet et addict de Pinterest, il est presque impossible de ne pas poser les yeux un jour ou l’autre sur les merveilles de JungJung. Elle est devenue la coqueluche des fans de textile depuis son exposition “Vege” en 2010. Ses fleurs magnifiques et ses légumes ultra-réalistes sont si bien présentées par les photographies de son mari, l’artiste japonais Ten_do_Ten dont il faut absolument que vous alliez voir l’expo d’art pixel sur sac en papier. C’est tout simplement magique.

Mais revenons à son épouse, née en 1970 au Japon et donc les études d’art lui ont donné un oeil sûr pour la couleur et le souci du détail. Sa passion pour les arts du fil date de l’enfance et cette autodidacte en crochet nous offre une vision poétique de la nature, tellement réaliste et touchante grâce à des couleurs d’une subtilité inouïe, et un travail d’une grande finesse. Le résultat est frais, aérien, léger et ultra réaliste.

JungJung a également écrit avec la designer Miki Fukushima ce qui est probablement l’un des plus beaux livres de crochet fin au monde, entièrement dédié à la création de bijoux inspirés de la physionomie des plantes. Un livre à avoir dans votre collection !

Fan inconditionnelle, vous l’aurez compris, j’ai donc contacté JungJung pour lui proposer cette interview, elle a tout de suite dit oui, tout en m’expliquant que, ne parlant pas anglais, elle utilisait un logiciel traducteur. C’est donc en japonais que je l’ai interviewée avec l’aide parfois presque poétique de Google Translate et aussi celle de mon ami Chris que je remercie beaucoup pour son aide. Nous avons donc gardé des questions simples et avons tâché de traduire au mieux ses réponses.

Merci JungJung d’avoir répondu à nos très nombreux emails et  nos questions pas toujours claires !!!

–   –   –

INTERVIEW

–   –   –

Où êtes-vous née et où vivez-vous maintenant ?
Je suis née à Tokyo et j’y ai toujours vécu.

Venez-vous d’une famille d’artistes ?
Mon mari est le designer Ten_do_ten.
Et mon père a toujours essayé de trouver un moment pour faire de la peinture à l’huile.
Ma cousine, qui est de deux an mon aînée a quitté le collège pour une école d’art. Je l’ai toujours enviée. Tout cela a clairement eu un impact sur mon parcours.

Où avez-vous étudié l’art ?
Depuis ma tendre enfance, j’adore dessiner, coudre, tricoter et crocheter. Personne ne m’a enseigné ces techniques. C’est grâce aux livres que j’ai appris.
J’ai été au collège classique tout d’abord, et pendant cette période, c’était plutôt à la maison que je créais des tas de choses, parfois de la peinture, de la teinture, de la couture, etc. J’ai même créé des pull-overs. J’ai ensuite été au lycée et puis je suis entrée à l’Ecole Musashino d’Art et de Design.

Qu’y avez-vous étudié ? 
A l’école d’Art, j’ai étudié majoritaire la peinture à l’huile et puis j’ai créé 3 peintures et me suis arrêtée là. Je n’ai plus pu continuer en 2D et me suis lancée dans la création tridimensionnelle.

Avez-vous étudié le textile ? 
Non, pas du tout. En tout cas pas à l’école.

A quel âge avez-vous appris le crochet ? Qui vous a appris ?
Je devais avoir 10 ou 11 ans, et comme les autres techniques que j’évoquais plus tôt, j’ai également appris avec un livre.

Qui a-t-il dans votre boîte à ouvrage ?
– Du cordonnet spécial DMC No.80
– Des crochets
– Un coupe-fil
– Une règle de bambou

Pouvez-vous nous décrire votre journée type ?
Tout d’abord je me lève. J’adore me réveiller, c’est vraiment un moment agréable et important de ma journée ! En suite je commence par m’occuper des tâches ménagères et à partir de midi, je commence à travailler. Le soir, mon mari et moi cuisinons et dînons ensemble.
Après le  dîner, je range, puis c’est le bain et au lit. Je lis pendant une heure ou deux et je m’endors.

Pourquoi crochetez-vous principalement des légumes ?
Parce que j’adore manger !

Je suis fascinée par la poésie de votre travail. D’où tenez-vous votre inspiration ? 
Des couleurs naturelles du monde.

De quoi êtes-vous la plus fière ?
De  ma première exposition en 2010 intitulée « Vege ».

Pouvez-vous nommer 3 de vos artistes préférés ?
C’est une question difficile !!
Il y a tellement d’artistes que j’aime et je ne peux vraiment pas en choisir 3.
Désolée !

Quel serait le projet de vos rêves ?
J’aimerais simplement continuer à faire ce que je fais, à mon propre rythme.

Est-ce que je peux vous demander à quoi vous travailler en ce moment ?
A la création de plusieurs accessoires pour un kimono qui est en train d’être fabriqué.

Est-ce que vous vendez vos oeuvres ?
Oui.

Où ça ? 
A la galerie “Deux Poissons” [NDLR : en français dans le texte], “Ebisu gallery” à Tokyo

Y a-t-il encore quelque chose d’important que vous souhaiteriez dire ?
Je vous remercie beaucoup !

 

 LIENS :

Le site de JungJung

Le site du mari de JungJung TEN_DO_TEN
Une vidéo fantastique de son expo

Le dernier livre de JungJung et Miki Fukushima sur les bijoux crochetés. C’est probablement mon livre de crochet préféré au monde ! Il vous fait découvrir le travail ultra fin de JungJung, ses tucs et astuces pour vous permettre de faire des bijoux du beauté à couper le souffle. Il est publié en japonais et vendu sur Amazon Japon ou en anglais en Australie uniquement, chez Penguin.

 

–   –   –

IN ENGLISH

–   –   –

If you are a fan of crochet and a Pinterest addict, it is very hard, even impossible to not lay your eyes on one of JungJung’s marvels. She has become a world sensation since her first exhibition “Vege” in 2010. Her wonderful flowers and vegetables so well presented by the photographs of her husband the famous Japanese artist Ten_do_Ten. I need to have a look at this video about his recent exhibition of pixel art on brown paper bags. It is simply magic.

But let’s go back to his wife, born in Japan, whose art studies have given her acute sense of detail and a taste for colour. Her passion for textile started at an early age. This gifted and completely autodidact artist offers us a very poetic vision of nature, so realistic and touching thank to her subtle choice of colour and a very fine work. The result is fresh, airy and ultra realistic.

JungJung has also co-written with designer Miki Fukushima what is probably the most beautiful fine crochet book in the world. Entirely dedicated to jewellry making, it is inspired by the physiognomy of plants. Definitely a book to add to your collection!

As you would have gathered, I am JungJung number one fan, so I have contacted her to ask her if she would agree to answer my questions and she immediately said yet. But she told me that because she doesn’t speak English, she was using an online translator. So this is with the poetic help of Google Translate that I interviewed her. I also got the precious help of my friend Chris (thank you so much for your help!). We have tried to keep the questions simple and we did our best to translate her answers.

Thank you again a thousand times, JungJung, for your prompt answers to my emails and my sometimes very unclear questions!!!

–   –   –

INTERVIEW

–   –   –

Where were you born and where do you live now?
I was born in Tokyo.  And I have been living here ever since.

Do you come from an arty family?
My Husband is the graphic designer Ten_do_ten.

My Father always tried to make time, once in a while, to take up his brushes and do oil painting.
My cousin, who is two years older than me, left high school to go to art school and I have looked up to her for a long time.
All this has definitely an impact on me.

Where did you study art?
From my early childhood, I loved to draw, sew and knit. No one taught me, I learnt through reading books.

I attended an ordinary high school, and it was more at home that I created a lot of things, sometimes painting, dyeing, sewing, and so on, I even knitted sweaters. I went to junior college and then The Musashino College of Art and Design.

What art did you study? 
At College, I majored in Oil painting but I only drew 3 paintings, then could not do it anymore. So instead, I started to work on three dimensional creations.

Did you study textile? 
No, I did not study textiles.

At what age did you learn crochet? Who taught you?
When I was probably 10 or 11 years old. I learnt in a book.

What is in your tool box?
– DMC cordonnet special No.80
– Crochet hooks
– Thread scissors
– A bamboo ruler

What is your typical day like?
First I wake up. I like waking up, it is a really important and nice moment for me! Then I start my day by doing my house duties. From noon I’ll start on my work and in the evening my husband and I will cook dinner and eat together.

After dinner, I clean up, bath and then bed. I’ll read for an hour or two and then sleep.

Why vegetables?
Because I enjoy eating food.

I am fascinated by the poetry of your crochet work. Where do you get you inspiration from?
From the colour of the natural world.

What is your proudest artistic achievement to date?
My first exhibition in 2010 called « Vege ».

Can you name 3 artistes you admire?
This is a difficult question!!
I have a lot of favourite artists so I cannot condense them into 3 favourites.
Sorry.

What is your dream project?
I want to continue what I’m doing at my own pace.

Can we I ask what you are working on at the moment?
Several accessories for a kimono in the making.

Do you sell your art?
Yes.

Where? 
In Deux Poissons, Ebisu gallery, Tokyo.
http://www.deuxpoissons.com

Tell us anything important.
I wish you all the best, thanks and bye.

 

LINKS:

JungJung’s husband, designer TEN_DO_TEN website.
fantastic video of his last exhibition presenting 10 years of pixel art on brown paper bags. A must see!

JungJung’s website

JungJung and Miki Fukushima’s book on crocheted jewellery  is probably my favourite crochet book in the world! It allows you to discover the ultra fin work of JungJung, her tips, techniques and ideas. It will show you how to make breathtaking crochet jewellery. It is published in Japanese and sold on The Japanese Amazon and in English published by an Australian editor: Penguin Books.

Conférence : NICK CAVE l’un des plus grands artistes contemporains américain

tricotin_nick-cave-carriageworks

Nick Cave expliquant son processus créatif au journaliste le Dr Andrew Frost du Guardian. Derrière lui défilent tout au long de la conférence ses magnifiques sculptures.
Photo : Flore Vallery-Radot

tricotin_nick-cave-1

Sound Suit par Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-36

La même sound suit vue de près, par Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-2

Sound Suit en version imprimée, en vente sur le site de Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-6

Sound Suit par Nick Cave. Proche de la version initiale, de cette petite branche qui a tout commencé.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-7

Sound Suit en boutons de nacre par Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-8

Sound Suit en boutons de nacre par Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-9

Sculptures textiles par Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-10

Sculptures textiles par Nick Cave. Il pense pouvoir, il crée une tête de missile. Il pense prise de pouvoir, il pense forme de préservatif.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-12

Sculptures textiles par Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-13

Sculptures textiles par Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-14

Sculptures textiles et sound suits par Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-15

Sculptures textiles et sound suits par Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-16

Sound suit vue de plus près par Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-17

Sculptures textiles et sound suits par Nick Cave. Travail au crochet.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-18

Sculptures textiles et sound suits par Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-19

Photos en mouvement des sculptures textiles et sound suits de Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-20

Entre costume et sculpture. Entre art contemporain et artisanat textile. Sculpture textile de Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-21

Entre costume et sculpture. Entre art contemporain et artisanat textile. Sculpture textile de Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-22 tricotin_nick-cave-23

Entre costume et sculpture. Entre art contemporain et artisanat textile. Sculpture textile de Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-24

Impressionnante sculpture en crochet par Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-25

Sound suit par Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-26

Sculpture-costume en crochet par Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-27

Assemblage d’objet à forte valeur émotionnelles et politique par Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-28

Costume ou sculpture faite d’objets “ultra-chargés” en émotions par Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-29

Costume ou sculpture faite d’objets trouvés dans des vide-greniers par Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-30

tricotin_nick-cave-31

Entre costume et sculpture. Entre art contemporain et artisanat textile. Sculpture textile de Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-32

tricotin_nick-cave-35

Sculpture textile de Nick Cave faite de sacs et de chapeaux en crochet.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-33

Sculpture textile de Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-34

Sculpture textile de Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

 tricotin_nick-cave-37

Tenue vendue dans la boutique de Nick Cave rappelant ses sound suits.
Photo : Nick Cave.

tricotin_nick-cave-38

Sculpture textile et costume de dans par Nick Cave.
Photo : Nick Cave.

–  –  –

Considéré par beaucoup comme l’un des artistes américains vivants les plus influents, Nick Cave, né à Chicago en 1959, a commencé sa carrière comme danseur. Après avoir travaillé dans la mode et possédé un magasin de vêtements, il est attiré par le monde de l’art contemporain tout en gardant toujours un étroit lien avec la danse et la mode.
J’ai eu la chance de pouvoir me rendre, le 13 novembre dernier, à une conférence / interview appelée conversation à Carriageworks, un centre artistique de Sydney, entre le journaliste spécialiste de l’art contemporain Dr Andrew Frost et Nick Cave.
Ses oeuvres mènent une double vie, à la fois de sculptures immobiles dans les plus grandes galeries du monde mais aussi de costumes incroyables portés par des danseurs et des acteurs. En mouvement, elles deviennent alors des objets sonores, ses fameuses sound suits (costumes de son).
Fascinée depuis des années par le travail de Nick Cave, j’ai sauté sur l’occasion lorsque j’ai appris qu’il venait parler de son travail.
Nous avons été accueillis par un film étrange et fascinant montrant une sorte de combat sonore entre sound suits entièrement constituées de boutons de nacre avec une tête de boulier en bois. Ensuite Nick Cave est entré, très athlétique, très souriant, un brin timide.
Cet échange passionnant entre le Dr Andrew Frost et Monsieur Cave m’a permis de découvrir le parcours d’un homme et la naissance de son oeuvre.

 – – –

Aujourd’hui Nick Cave est directeur de la section mode de la School of the Arts Institute de Chigago. Il expose dans les plus grands musées d’art contemporain du monde et prépare d’ailleurs une exposition majeure au MASS MoCA, le gigantesque musée d’art moderne du Massachusetts qui se situe entre New York et Montréal. Il explique qu’en tant que prof, parfois craint de ses élèves pour son exigence de rigueur et de vérité, il a besoin de faire comprendre à ceux qui se lancent que le monde de l’art et de la mode sont cruels et difficiles et qu’il faut beaucoup de force pour faire sa place s’exprimer pleinement.

C’est en effet un parcours atypique que Nick Cave a emprunté depuis sa naissance dans une famille de sept enfants avec un an d’écart l’un avec le suivant. Il a fallu qu’il se démarque, qu’il customise ses vêtements qu’il était le énième à porter. Il raconte qu’il a beaucoup aimé le travail de groupe à l’école, créer des vêtements pour 40 copains et organiser des parades dans la Grand’rue ! Il a toujours fait partie d’une grande famille, d’un groupe.

Pendant plus de 10 ans, le monde de la mode a été pour lui une sorte de laboratoire, il y a essayé ses talents de styliste sur ses clients. Il y a beaucoup appris. Mais il savait au fond de lui que ce n’était qu’une fuite. Son chemin était ailleurs. Et c’est par un traumatisme que tout a commencé en 1992, lorsque Rodney King, un noir américain, subit des violences policières atroces filmées par un passant. L’acquittement du policier en question créera un scandale aux USA comme dans le monde entier. Nick Cave est traumatisé par cet épisode et mettra 3 mois à s’en remettre. Peu de temps après, alors qu’il se promène dans un parc de Chicago, il ramasse une brindille, puis deux, puis trois. Il se demande quel effet ça fait d’être jeté par terre. Il ramasse toutes ces brindilles et décide dans d’en faire une sculpture. Puis il s’aperçoit que comme elle a forme humaine, il pourrait tout aussi bien la porter. Il l’essaie, ça fait un bruit du tonnerre. Une sorte de révolte. C’est l’instant T. Il se dit que ces ÇA son moyen d’expression. Il l’appellera plus tard la Sound Suit et après quelques décennies de travail acharné, il vient de terminer probablement sa 500ième !

Mais comment se place-t-il dans le monde de l’art avec cet ovni-là ? Dans un monde qui rejette avec mépris le “décoratif” et les activités artisanales comme le crochet par exemple. Nick, lui, dit qu’il s’en fiche complètement de ce que les gens pensent. Ca ne l’a jamais arrêté. Il aime s’asseoir sur la barrière comme il dit. A la frontière entre la mode, la danse, la sculpture, l’installation, et les loisirs créatifs, pourquoi pas. Il veut tout explorer, jouer avec les limites.
Ses oeuvres ressemblent parfois à des combinaisons d’astronautes, des tenues de camouflage. Elles sont faites pour cacher la race, le sexe ou la classe sociale en forçant les gens à regarder l’objet sans jugement. Nick Cave dit qu’on a tendance à trouver toujours une place pour chaque chose. On a ce besoin de catégoriser. Il veut sortir de tout ça et nous forcer à nous confronter à quelque chose qui ne nous est pas familier, ça nous oblige à une sorte de responsabilisation, à une certaine intégrité.

Dans son art, le corps est le véhicule et c’est l’objet ou la matière qui le guide vers l’oeuvre finie. Il ne fait jamais de schéma ou d’esquisse. Il se lance, et l’oeuvre se crée. Pour lui, s’il y avait une représentation même très schématique de l’objet terminé avant de démarrer, il n’aurait plus aucun intérêt à le créer. Tout ce qu’il fait est entièrement improvisé. “C’est une sorte de feeling, avec un son, un rythme basé sur un motif, un ordre et une construction”. Il dit que ce processus n’est possible qu’avec de très nombreuses années de pratique.

Ses influences semblent puiser dans le coeur de l’Afrique mais pas seulement dit-il. Il trouve fascinant les cultures ancestrales où la danse et les costumes étaient des ponts entre les hommes et les dieux, ce lien entre rituel et danse. Il est passionné par les rites aztèques, aborigènes, les anciennes traditions cubaines, haïtiennes, le vaudou et le chamanisme. Cependant, il ne veut pas que ces éléments priment sur l’oeuvre, cela doit rester une influence subtile.

Avide collectionneur d’objets et de tissus, il parcourt les Etats-Unis avec son assistant Bob, loue un camion et débarque dans les vide-greniers ou marchés aux puces locaux pour acheter une quantité énorme d’objets. Ses idées démarrent d’ailleurs toujours avec un objet particulier. C’est l’objet qui devient l’instigateur de l’oeuvre, son déclencheur. Il dit que finalement ce dont il a besoin se trouve toujours en dehors de son studio, il faut aller je chercher. Il fait un incroyable nombre de kilomètres pour ça !
Et puis, de retour au studio, écoutant chaque matin la même chanson de Shirley Horn : “Here’s To Life” avec une équipe d’assistant, il utilise ses trésors accumulés pour créer ses sculptures.

Un jour il a démarré une collection de gants perdus dans la rue. Toujours un gant, seul, sans son jumeau. Il les ramassait et les solidifiait dans la résine. C’était une sorte de moyen de concrétiser la terrible absence de son frère mort.

Son inspiration lui vient donc de sa vie et ses souffrances mais aussi des choses les plus simples, des événements lourds aux micro-instants dont il est le témoin comme sa mère au téléphone avec George Clinton.

Nick Cave aime être léger et laisser les choses se faire, mais depuis le tout début de son projet il a une profonde conscience civique, un besoin d’expression politique dans son art. Au démarrage très discret mais plus son oeuvre évolue, plus sa voix est forte. Il considère qu’un artiste a une vraie responsabilité sociale.
Les injustices contre la population noire le choquent énormément, il en fera des sculptures mettant en valeur des objets à consonances racistes.

Après les dix premières années de sound suits, le succès a été phénoménal aux Etats-Unis, il s’est senti dépassé par les événements alors soudainement, il a tout plaqué et a acheté un petit magasin qu’il a fait tourner pendant 10 ans. Créant des pièces de vêtements si incroyables, qu’il fallait parfois, dit-il, qu’elles attendent 3 ans sur un cintre pour trouver LA personne pour qui elles avaient été créées. Et puis après cette décennie de break, il a repris les rennes. Plus de 10 ans de sculptures et sound suits après, c’est de nouveau le temps pour Nick de passer à autre chose.

J’ai vraiment hâte de voir la suite !

Site de Nick Cave
Page Facebook de Nick Cave
Magnifiques article et photos sur le site TRNK
Nick Cave sur Artsy.net

Subscribe/S'abonner via Email

Enter your email to receive notifications of new posts / Entrez votre email pour recevoir une notification à chaque nouvel article.