Feutrage - felting Archives - Flore Vallery-Radot

{interview} Camille Dupuis alias CAM DUP fait bouillir son univers poétique

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - animal feutré

Petit animal feutré par CAM DUP.

Small animal felted by CAM DUP.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - maisons feutrées

Une collection de maisons feutrées par CAM DUP.

A collection of felted houses by CAM DUP.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - radio feutrée

Radio tricotée, feutrée et cousue  par CAM DUP.

Knitted, felted and sewn radio by CAM DUP.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - oiseau zoom

Petit oiseau feutré par CAM DUP.

Little birdie felted by CAM DUP.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - téléphone en feutre et tricot

Téléphone de velours et pièces tricotées par CAM DUP.

Telephone and knitted pieces by CAM DUP.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - felted blob

Drôle de petite bêbête feutrée par CAM DUP.

Funny little felted blob by CAM DUP.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - felted pots

Pots de laine par CAM DUP.

Woolen bowls by CAM DUP.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - feutre

Jolie vignette avec une oeuvre de CAM DUP.

Pretty vignette with CAM DUP’s work.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - panier brodé

Le panier à ouvrage brodé de CAM DUP.

CAM DUP’s yarn basket.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - crâne skull

Les têtes de mort feutrées de CAM DUP.

CAM DUP’s felted skulls.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - vignette

Créations feutrées de CAM DUP.

CAM DUP’s felted creations.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - champignon feutré

Champignon par CAM DUP.

CAM DUP’s mushroom.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - détail

Détail d’une création feutrée par CAM DUP.

Close-up on one of CAM DUP’s famous vessels.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - pot de peinture tricoté

Pot de peinture tricoté par CAM DUP.

A pot of paint knitted by CAM DUP.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - lace & felt

Création en dentelle et tricot feutré par CAM DUP.

Lace and felted knitted fabric by CAM DUP.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - crâne de lapin

Crâne de lapin par CAM DUP.

Rabbit skull by CAM DUP.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - Trophee

Trophée, création de CAM DUP.

Trophy created by CAM DUP.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - oisillon

Zoom sur un oiseau feutré de la collection de CAM DUP.

Close-up on a felted bird of CAM DUP’s collection.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - animal feutré

Etrange petit animal “totem” feutré par CAM DUP.

Strange little felted “totem” animal by CAM DUP.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - fil enrobé

La table de travail de CAM DUP.

CAM DUP’s workshop table.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - téléphone feutré

Le fameux téléphone feutré, la signature de CAM DUP.

The ever so famous CAM DUP felted phone.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - pots de peinture

Pot de peinture dorée par CAM DUP.

Pot of golden paint by CAM DUP.

Artiste textile française CAM DUP - Camille Dupuis - Lapin feutré

Petit animal “totem” feutré par CAM DUP.

Tiny felted “totem” animal by CAM DUP.

In English below

*   *   *

J’ai rencontré Camille il y a quelques années parce qu’elle exposait aux Ateliers d’Art de France à l’Opéra. Sa personnalité et son univers de poésie m’ont beaucoup plu.

Depuis, je suis avec intérêt ses projets, l’évolution de son répertoire, la foison de ses oeuvres. Elle m’envoie régulièrement de ses nouvelles et les dates de ses prochaines expos. C’est avec grand plaisir que je l’ai interviewée cette semaine.

*   *   *

INTERVIEW

Où es-tu né et où habites-tu aujourd’hui (et le parcours entre les deux :) ?
J’ai grandi en région parisienne et j’y vis toujours. Bref, je suis bien enracinée mais je voyage dès que possible.

Qu’as-tu étudié ?
J’ai commencé par des formations courtes dans la vente et l’étalagisme, puis j’ai découvert le design textile, ou plutôt le fait que ça pouvait constituer des études et un métier. J’ai alors étudié trois ans à l’école Françoise Conte, ce fut intensif et passionnant.

As-tu un métier en dehors du textile ?
Non, c’est ma seule activité. Mon travail présente différentes facettes : proposer mes pièces aux particuliers et aux galeries, animer des ateliers, créer des modèles pour les magazines, réaliser des installations sur mesure pour des évènements… Toutes ces activités se complètent.

Qu’est ce qui t’a amené au feutre ? Qui t’a appris ?
A l’école, j’apprenais à tricoter sur machine. Un jour, notre professeur nous a montré un échantillon tricoté en jacquard puis bouilli. Ca a été un déclic ! A partir de ce moment il a fallu absolument que je maîtrise à mon tour cette technique fascinante. J’ai donc commencé par feutrer mes tricots, puis j’ai intégré progressivement la laine cardée. J’ai appris en faisant, puis en rencontrant des feutrières aguerries comme Ariane Mariane.

Sans dévoiler trop tes secrets, quelles sont tes techniques de feutrage préférées ?
Je travaille à la machine à laver ! Ayant touché en premier à la laine bouillie, j’ai continué ainsi. Je prépare mes pièces comme il faut et la machine fait le reste :) J’utilise l’aiguille pour les détails, et le feutrage à la main pour les surfaces délicates.

Qu’est ce qui te passionne ?
J’aime transformer les matières, les sculpter, leur donner vie. Je retrouve cette motivation dans la cuisine, le jardinage et l’upcycling et le DIY en général. J’ai presque une phobie du gaspillage, chaque matière, chaque objet, doivent être soigneusement choisis et ont droit à une seconde chance. D’ailleurs j’achète surtout d’occasion et me passionne pour le mode de vie Zero Déchet.

Quels sont les artistes que tu admires tout particulièrement ?
Aurélie Mathigot, auprès de qui j’ai fait un stage, à l’issue de mes études, une rencontre décisive. Odilon Redon pour son usage irréel des couleurs. Nathalie Lété pour la richesse de son univers. Anu Tuominen pour sa poésie.

Où trouves-tu l’inspiration ?
Les documentaires animaliers et les livres d’histoire naturelle sont deux mines inépuisables :) Mais mes idées naissent souvent des matériaux eux-mêmes. Quand je vois un objet ou une matière au rebut, et je me dis que c’est sa dernière chance d’exister et je me demande ce que je peux en faire. C’est comme ça que j’ai détourné des pots de peinture vides ou des collants filés pour en faire des sculptures.
Les clients et les amis me soufflent aussi des idées en projetant leur propre regard sur mes créations.

Peux-tu nous raconter une anecdote marquante ou marrante de ta vie d’artiste (avec un client, une galerie, etc) ?
Un jour, je suis tombée sur un forum de tricoteuses qui parlaient de mes pots de peintures tricotés. Beaucoup se disaient “d’accord c’est mignon, mais à quoi ça sert ? Pourquoi ne tricote-t-elle pas plutôt des bonnets ?”. J’ai trouvé ça drôle et décalé.
Sinon, j’ai était touchée par une cliente à qui son mari avait offert un de mes petits animaux “totems”. Elle me disait l’emporter avec elle en voyage, dans sa boîte d’origine. J’ai ressenti qu’elle avait profondément compris mon intention en créant cette pièce. C’est un souvenir précieux.

Peux-tu nous décrire ta journée type ?
Mon atelier est chez moi. Ca me permet de bien dormir, et d’attaquer vite la journée. Je démarre en répondant aux mails, et en faisant un tour sur facebook. Si je dois aller chez un fournisseur, en livraison, ou voir une expo, je profite du milieu de journée, quand il fait plein jour et que Paris est calme. Je peux aussi bien rejoindre une amie pour déjeuner ou coworker. De retour à l’appart-atelier, je vérifie à nouveau mes mails, et je passe à la production. Si j’ai encore de l’énergie je vais courir. Il n’est pas rare que je tricote, brode ou feutre devant un film ou une série pour terminer la journée.
La frontière entre mon travail et ma vie privée est très floue, mais ça me plaît.

Comment se passe le processus de création ? Combien de temps cela prend-il ?
Comme j’ai rarement le temps dans l’immédiat, certaines idées mûrissent pendant des mois, elles se bonifient en attendant l’occasion adéquate pour enfin se réaliser. Pour un travail de commande c’est différent, les délais sont courts et il faut aller vite, c’est plus instinctif. Je fais aussi beaucoup de projets collectifs, c’est un autre rythme de création où le dialogue prend une place importante. J’adore ça !

Quel serait le projet de tes rêves ?
Recouvrir le monde de pompons ! Attention, j’ai déjà commencé :D

Où peut-on admirer ton travail (en ligne et en vrai) ? Et l’acheter ?
Je mets régulièrement à jour mon site, et vous pouvez me suivre sur facebook. J’ai une boutique en ligne, pas toujours aussi remplie que je le voudrais. N’hésitez pas m’envoyer un mail pour toute commande personnelle.

site web http://www.camdup.com/
fb https://www.facebook.com/camdupfb
boutique en ligne http://camdup.tictail.com/
points de vente http://www.camdup.com/#!actualites/c3la

Merci  d’avoir accepter de répondre à mes questions Camille !
Merci pour ce blog passionnant, Flore !

Les actualités de Camille
http://www.camdup.com/#!actualites/c3la

Photographie : Camille Dupuis

Article : Flore Vallery-Radot

 

*   *   *

I met Camille a few years ago when she was exhibiting at the Ateliers d’Art de France near the beautiful Garnier Opéra in Paris. Her personality and her poetic universe appealed to me. 

Since then, I follow her with great interest. I keep an eye on her projects, the evolution of her repertoire and the amazing quantity of her pieces. She regularly sends me her news, the dates of her next exhibitions. It is with great pleasure that I interview her this week.

*   *   *

INTERVIEW

Where were you born and where do you live now?
I grew up near Paris and still live there. In a word, I have deep roots here but I do travel every time I can. 

What did you study?
I started with short courses in sales, and window styling, then I discovered textile design. I realised it could be studied and lead to a real job. So I studied for 3 years at the Françoise Conte Art School. It was intense and amazingly interesting.

Do you have a job outside textile?
No, it is my only activity. My work has different aspects: I sell my work to private clients and to galleries, I organise workshops, I create patterns for magazines and create installations for special events. All these activities work well together.

What lead you to felt? Who taught you?
At school I learnt how to machine-knit. One day our teacher has shown us a sample which was knitted in stockinet stitch and then boiled. It was the trigger! From that moment on, I had to master this fascinating technique. I then started to felt my knitted fabrics then I slowly added carded wool. I have learnt by myself, by doing it, and then I met professional felter such as Ariane Mariane.

Without unveiling your secrets, what are your favourite felting techniques?
I work with a washing machine! Having started with boiled wool I kept on using this technique. I prepare my pieces with great care and the machine does the rest :) I needle felt details and hand-felt delicate surfaces.

What triggers your passion?
I love to transform matters, sculpt them, bring them to life. I find the same motivation in my cooking, gardening, DIY activities and upcycling routine in general. I have a feeling close to phobia regarding waste. Each matter, object need to be carefully chosen and all have a right to a second chance. I mostly buy second hand and am passionate about a Zero Waste way of life.

Who are the artists you particularly admire?
Aurélie Mathigot, to whom I was a trainee after my studies. It was a decisive moment for me. Odilon Redon for his surrealistic use of colours. Nathalie Lété for the richness of her universe. Anu Tuominen for her poetry.

Where do you find your inspiration?
Animal documentaries, natural history books are two endless source of inspiration :) But my ideas often come from the material itself. When I see a reflected object or matter I tell myself that it is its last chance to exist. So I ask myself what should I make with it. This is how I turned old paint pots and holy pantyhose to make sculptures. 
My clients and friends suggest ideas too by projecting their own idea on my creations. 

Can you tell us an anecdote of your artist life?
One day I ended up on an online forum where knitters where talking about my knitted pots paint. Many were saying “yeah, it’s cute but what does she use it for?” “Why doesn’t she knit beanies instead?” I found it funny and beside the point.
Also I was touched by a client whose husband had given one of my little “totem” animals as a gift. She told me that she took it everywhere she went in its original box. I felt that she has deeply understood my intention when creating this piece. It is a precious memory. 

Could you describe your typical day?
My workshop is in my home. It allows me to sleep well and to attack quickly my day. I start by answering emails, doing a little Facebook tour. If I need to go see a supplier, deliver a parcel or see an exhibition I do it at midday when Paris in calm. I can also join a friend for lunch or do some co-working. When I am back to my workshop-flat, I check my emails again and start working on my pieces. If I still have the energy, I go for a run. Sometimes I knit, embroider or felt in front of a movie or a TV series to finish the day. The separation between my private life and my professional life is pretty blurry but I like it.

Can you tell us a bit more about your creation process? How much time does it take?
As I have rarely a lot of time on hand at the moment, some of my ideas ripen for months, get better, waiting for the right moment. If it is commissioned work, it is different, schedules are tighter I need to go faster, it implies a more instinctive work.  I also do a lot of collective work, it is another rhythm where dialogue takes an important role. I love it!

What would be your dream project?
Cover the world in pompoms! Beware, I have already started :D

Where can we admire your work (online and for real)? Where can we buy it?
I regularly update my website and you can follow me on Facebook. I have an online store which is not always as stocked as I would want it to be. Feel free to send me an email for a custom order. 

My webs http://www.camdup.com/
FB: https://www.facebook.com/camdupfb
 E-store: http://camdup.tictail.com/
Stores, galleries and retailers: http://www.camdup.com/#!actualites/c3la

Thank you for having accepted my interview Camille!
Thank you for this very interesting blog, Flore!

Camille’s next exhibitions
http://www.camdup.com/#!actualites/c3la

Photography: Camille Dupuis

Article: Flore Vallery-Radot

{interview} GIOCONDA PIERACCI l’artiste feutrière italienne inspirée par le Mexique

tricotin_gioconda-pieracci_16

Sculpture en laine de Gioconda Pieracci.

Wool sculpture by Gioconda Pieracci.

tricotin_gioconda-pieracci_6

Sculptures en laine de Gioconda Pieracci.

Wool sculptures by Gioconda Pieracci.

tricotin_gioconda-pieracci_17

Sculpture en laine de Gioconda Pieracci.

Wool sculpture by Gioconda Pieracci.

tricotin_gioconda-pieracci_1b

Sculpture en laine de Gioconda Pieracci.

Wool sculpture by Gioconda Pieracci.

tricotin_gioconda-pieracci_3

Sculpture en laine de Frida Kahlo par Gioconda Pieracci.

Wool sculpture of Frida Kahlo by Gioconda Pieracci.

tricotin_gioconda-pieracci_12

Sculpture en laine de Frida Kahlo par Gioconda Pieracci.

Wool sculpture of Frida Kahlo by Gioconda Pieracci.

tricotin_gioconda-pieracci_15

Sculpture en laine de Gioconda Pieracci.

Wool sculpture by Gioconda Pieracci.

tricotin_gioconda-pieracci_18

Sculpture en laine de Gioconda Pieracci.

Wool sculpture by Gioconda Pieracci.

tricotin_gioconda-pieracci_19

Sculpture en laine de Gioconda Pieracci.

Wool sculpture by Gioconda Pieracci.

tricotin_gioconda-pieracci_20

Sculpture en laine de Gioconda Pieracci.

Wool sculpture by Gioconda Pieracci.

tricotin_gioconda-pieracci_21

Sculpture en laine de Gioconda Pieracci.

Wool sculpture by Gioconda Pieracci.

tricotin_gioconda-pieracci_23

Sculptures en laine de Gioconda Pieracci.

Wool sculptures by Gioconda Pieracci.

tricotin_gioconda-pieracci_24

Sculpture en laine de John Lennon par Gioconda Pieracci.

Portrait and sculpture of John Lennon by Gioconda Pieracci.

tricotin_gioconda-pieracci_26

Sculpture en laine de Gioconda Pieracci.

Wool sculpture by Gioconda Pieracci.

tricotin_gioconda-pieracci_25

Sculpture en laine de Gioconda Pieracci.

Wool sculpture by Gioconda Pieracci.

tricotin_gioconda-pieracci_portrait

Portrait de Gioconda Pieracci.

Portrait of Gioconda Pieracci.

In English below

–  –  –

Elle vit dans un environnement de rêve, avec un arrière plan montagneux, des champs de fleurs ou de neige selon la saison. Gioconda Pieracci est une artiste italienne feutrière qui crée des personnages très particuliers au corps de laine habillé de tissus. Elle puise son inspiration du folklore mexicain, de son effrayant et jubilatoire “Jour des Morts”.

Passionnée de théâtre et de littérature, c’est là aussi qu’elle trouve les idées pour créer ces sortes de marionnettes modelées dans une délicieuse laine des Apennins, brute, non lavée et dont l’odeur et les brindilles encore accrochées vous plongent dans les prairies de montagne… Merci Gioconda d’avoir bien voulu répondre à mes questions.

–  –  –

 

INTERVIEW

Où êtes-vous née et où habitez-vous maintenant ?
Je suis née et suis retournée vivre dans une petite ville de la région montagneuse de l’Apennin tosco-émilien en bordure du parc national.

Est-ce que votre environnement joue un rôle dans vos créations ?
Il y a un rôle clé parce que la matière que j’utilise est la laine. Elle a un lien très fort avec le passé de cette région. Il y avait même une micro-économie basée sur le mouton et la production de laine. Celle que j’utilise provient de la dernière filature encore en fonctionnement dans tous les Apennins et qui date des années cinquante.
Et puis la nature de la montagne est très similaire avec celle de cette laine : rude et douce à la fois. La beauté de la nature qui m’environne m’inspire ainsi que la difficulté d’y vivre.

Quelles sont vos autres sources d’inspiration ?
Mon imagination nourrie par mes lectures m’inspire. Je suis une lectrice passionnée de littérature et de poésie. Et par dessus tout, j’adore le théâtre qui fait constamment partie de ma vie.

A quel âge avez-vous appris à feutrer et qui vous a appris ?
J’ai appris à tricoter et crocheter quand j’étais petite. Ces techniques étaient transmises dès l’enfance, c’est une tradition. Je me souviens que ma mère nous envoyait, ma soeur et moi voir une soeur converse qui est toujours chère à mon coeur et qui nous apprenait ces choses-là. Mais en ce qui concerne le feutre,  je suis autodidacte.

Pouvez-vous nous expliquer un petit peu votre processus de création ? Est-ce que chaque pièce fait l’objet d’un plan, d’une esquisse ou est-ce que le processus est plus intuitif ? Créez-vous plusieurs pièces à la fois ?
La plupart du temps mon travail n’est pas planifié d’avance. C’est toujours le résultat d’une inspiration. Je démarre avec une idée initiale et je m’inspire du moment, des couleurs et des matières. Souvent le résultat me surprend moi-même. Pour les sculptures de feutre, je travaille pièce par pièce.

Quel type de laine utilisez-vous ?
Comme je le disais précédemment, j’utilise de la laine locale mais aussi de l’alpaga pour les cheveux et certains détails.

Quelle technique de feutrage préférez-vous ?
J’utilise uniquement le feutrage à l’aiguille.

Vous avez une magnifique boutique Etsy appelée Pupillae. Qu’est ce que ça veut dire ?
“Pupilla” est un mot latin qui veut dire petite poupée. L’image qui est reflétée par l’oeil est toute petite. Le mot pupille est une manière figurative d’indiquer cette diminution de la taille. Pupillae veut dire petites poupées au pluriel.

Comment se passe votre journée type ?
Pour être honnête avec vous, je n’ai pas de journée typique. Cependant, je dédie toujours une partie de ma journée à la création. Je suis contente quand je peux marcher, lire et jouer dans une pièce de théâtre.

J’ai vu de belles photos de vous en train de jouer un rôle dans une théâtre de marionnettes. Racontez-moi !
Le théâtre de marionnettes est né de l’union entre ma passion pour la comédie et la création de mes personnages en laine. Mon partenaire Francesco Macarri et moi avons mis en scène quelques histoires issues de livres sur la vie de Matilda de Canossa racontée aux enfants par Elenora Grasselli.
Bien entendu, j’ai fabriqué toutes les marionnettes !

Votre travail peut être parfois un peu macabre, il semble sortir du Jour des morts au Mexique. Vous avez aussi créé une sculpture fantastique de Frida Kahlo. Comment le Mexique est-il devenu une source d’inspiration ?
Je n’ai jamais été au Mexique mais je me trouve involontairement inspirée et liée à ce pays. L’un de mes chanteurs préférés est le mexicain Chavela Vargas. J’adore Frida Kahlo autant pour sa personnalité que pour son art. L’un de mes réalisateurs préférés est le mexicain Guillermo Del Toro (un petit peu macabre aussi :D). J’ai lu sur l’atmosphère au Mexique dans les livres d’un écrivain que j’adore : Cormac McCarthy. J’aime énormément les couleurs, les traditions un peu dingues et les légendes mexicaines.

Y a-t-il d’autres artistes textiles qui vous inspirent ?
Oh il y en a plein ! Mais Mr.Finch est vraiment immense.

Pouvez-vous nous indiquer des sources d’inspiration sur le net vers lesquelles vous vous tournez régulièrement ?
Lorsque j’ai une idée, j’essaie de m’enrichir d’images et de mots qui vont inspirer mon travail. Je collectionne des images sur Pinterest. Je lis beaucoup. Je collectionne aussi toute suggestion et je laisse la vie de tous les jours m’inspirer. 

Qu’est ce que vous espérez pour le futur ?
Juste vivre avec sérénité, entourée de gens positifs, tout en faisant ce que j’aime faire. Ce n’est pas si simple !

Où peut-on vous trouver ou trouver vos créations ?
Facebook : pupillae
Mon site : pupillae.jimdo.com
Ma boutique Etsy : Pupillae
Instagram : pupillae_art_dolls
Pinterest : Pupillae
Ma boutique Alittlemarket : Pupillae

Merci encore beaucoup, Gioconda, d’avoir accepté de prendre part à cette interview, je vais garder un oeil  très régulièrement sur vos magnifiques créations.

–  –  –

IN ENGLISH

–  –  –

She lives in a dream environment, with beautiful mountains in the background, meadows full of flower or snow according to the season. Gioconda Pieracci is an Italian felt artist who creates very particular characters with a body made of wool dressed in fabric. She finds inspiration in the Mexican folk traditions like the scary but jubilant Day of the dead.

Literature and theatre are her prime passions, this is where she also draws her inspiration from. Her puppet-like sculptures are made of delicious mountain wool, in the grease, still baring the odd dry flower or little twig, their smell makes you dive into the high fields and the fresh air… Thank you Gioconda for answering my questions.

–  –  –

 

INTERVIEW

Where were you born and where do you live now?
I was born and returned to live in a small town in the Tuscan Emilian Apennines Mountains on the edge of the national park.

How does your environment play a role in your creations?
It has a key role because the material I use is the wool that has a strong link with the past of these places; there was even an entire micro-economy that was based on sheep and wool production. The wool I use, then, comes from the only remaining textile mill in this area of the Apennines, a textile mill that dates back to the fifties.
Then the nature of the mountain that is very similar to the attributes of this wool, rough and soft at the same time. The beautiful nature that surrounds me and inspires me and the difficulty in living in these places.

Where else do you get your inspiration from?
What inspires me is my fantasy supported by my reading, I am a passionate lover of literature and poetry, and last but not least, the theatre which is a constant in my life.

At what age did you learn felting? Who taught you?
I learned to knit and crochet as a child, these techniques were passed on to the children as a tradition. I remember that my mother sent me and my sister to learn from a lay sister who has remained in my heart, but for the felt I am completely self-taught.

Can you give us a little insight into your process? Is each work pre-planned or created very intuitively? Do you work on multiple pieces at one time?
Most of the time my work is not planned in advance but it is always the result of an inspiration, I start with an initial idea and I am inspired by the moment, the colors, the materials, and the result often surprises even me. With felted dolls I always work on unique pieces.

What type of wool do you use?
As I said before, I use local wool but also alpaca for hair and details.

Which felting techniques do you prefer?
I only use the technique of needle felting.

You have a beautiful Etsy store called Pupillae. What does it means?
“Pupilla” is a Latin word which means little doll. The image that is seen reflected in the eye is very shrunk, figuratively assumes the size of a doll with respect to the human body that the doll symbolizes and represents. And hence the plural “pupillae,” which just means dolls.

What is your typical day like?
To be honest I do not have a typical day, but always dedicate part of the day to create and I’m happy when I can walk, read or be part of a play.

I have seen beautiful pictures of you playing a role in a puppet theatre. Can you tell us a bit more about that?
The puppet theatre was born from the union of the acting and my task to create my characters in wool, Me and my partner, Francesco Macarri, dramatized the story from a few books on the history of Matilda of Canossa told to children by Elenora Grasselli and staged the whole thing together.
Of course I made all the puppets!

Your work can be a bit macabre, it looks like the Mexican Day of the Dead. You also created a wonderful Frida Kahlo. How is Mexico a source of inspiration for you?
I’ve never been to Mexico but I find myself involuntarily inspired and linked to this country, one of my favourite singers, Chavela Vargas, is Mexican. I love Frida Kahlo for her personality and her art, also one of my favorite directors, Guillermo Del Toro (a little bit macabre too :D) is Mexican. I have read about the atmosphere in Mexico in the books of a writer I love; Cormac McCarthy. I love the colors, the foolish traditions and Mexican legends.

Are there other textile artists you admire?
Oh so many! But I think that Mr.Finch is immense.

Can you list for us a few resources across any media that you turn to regularly for creative inspiration?
When I have an idea I try to enrich myself with images and words to inspire my work, so I collect images on pinterest. I read a lot. I collect any suggestion and I also let everyday life inspire me. 

What are you looking forward to?
Just live with serenity, surrounded by positive people, doing what I love. Not so simple really!

Where can we find you and where can we buy your products? (courses, websites, social media, etc)
Facebook page: pupillae
My website: pupillae.jimdo.com
Etsy shop: Pupillae
Instagram: pupillae_art_dolls
Pinterest: Pupillae
Shop Alittlemarket: Pupillae

Thank you so much again, Gioconda, for accepting this interview, I will be keeping an eye on your beautiful creations.

Subscribe/S'abonner via Email

Enter your email to receive notifications of new posts / Entrez votre email pour recevoir une notification à chaque nouvel article.